Comment choisir ses chaussures de cuisine ?

Chaussures de cuisine

À l’époque actuelle, tous les secteurs exigent le port de tenues de travail confortables et hygiéniques qui confèrent une sécurité optimale. À ce titre, découvrez comment choisir les chaussures de cuisine appropriées que les professionnels opérant dans ce domaine doivent mettre.

La sécurité, le premier critère incontournable

En cuisine, les accidents arrivent vite et personne n’est jamais à l’abri d’un objet qui risque de tomber et d’écraser les pieds, ou encore moins d’une glissade sur le sol. Les gens qui évoluent dans ce milieu doivent pour se protéger en portant les tenues de travail adaptées. Les grandes enseignes de restauration fournissent les blouses, les bonnets, les gants, les masques et les chaussures. Ces dernières sont des vraies alliées, dans la mesure où les matières qui les composent et leur processus de fabrication respectent les normes. Les éclaboussures et le déversement des ingrédients et d’autres produits exposent les personnes qui côtoient le lieu à un grand danger si elles ne portent pas de chaussures de travail revêtues de semelles antidérapantes. Elles doivent être fabriquées selon la norme 20345, c’est-à-dire être résistantes aux impacts allant jusqu’à 200 joules, ou 20 kg, tombant d’une hauteur de 1 mètre.
Un embout de sécurité est un autre moyen permettant de se protéger en cas de chute d’objets sur les pieds. Cet élément doit être en acier ou en composite pour une protection optimale. Des chaussures équipées de coque garantissent une sécurité renforcée face au risque d’écrasement, suite à la chute d’une charge lourde (casserole) ou d’un chariot de distribution. Pour trouver les meilleurs modèles, vous pouvez voir ici.
Le sol d’un site de restauration est fréquemment humide ou gras. Aussi, les chaussures doivent être fortement résistantes au glissement, de manière à limiter les risques d’accidents.
Les chaussures à tige épaisse et hydrofuge offrent plus de sécurité. Effectivement, cette qualité permet de se prémunir contre les éclaboussements de liquides dangereux et de prévenir les risques de brûlure d’eau chaude.

Des chaussures pratiques et confortables

Au même titre que la sécurité, le confort et la praticité sont aussi essentiels. Dans ce contexte, la matière compte pour beaucoup. La tige des chaussures peut être conçue en cuir ou en microfibres, ces derniers doivent protéger les pieds sans alourdir les pas. Les meilleures chaussures sont à la fois légères et respirantes, tout en conférant un confort de marche au quotidien. Les modèles qui offrent une bonne aération aux pieds permettent de rester à l’aise, même pendant des heures de travail en statut debout.
Dans l’objectif de conférer plus de confort aux pieds, l’utilisateur peut choisir entre plusieurs modèles, avec des brides ajustables ou rabattables, ou à scratchs élastiqués. Sinon, d’autres éléments servent à optimiser le bien-être des petits petons à l’intérieur de ce type de soulier. Ces améliorations se rapportent en général à l’absorbeur de choc au talon, à l’épaisseur de la doublure, ainsi qu’à la forme de la semelle intérieure. La semelle extérieure doit être ni trop rigide, ni trop souple. Effectivement, sa rigidité est assurément à la source de vibrations, et sa souplesse favorise les crampes de la voûte plantaire. En l’occurrence, mieux vaut privilégier les semelles en polyuréthane ou en caoutchouc qui sont revêtues d’un système anti-dérapant.
Dans la mesure du possible, il est aussi plus judicieux d’opter pour des modèles antistatiques et résistants aux acides et aux huiles. Cela conférera aux chaussures une plus longue durée de vie, et une résistance optimisée.

La facilité d’entretien

Dans la mesure du possible, les chaussures doivent être faciles à nettoyer et à entretenir. Les modèles dotés des technologies optimisant l’entretien, pour ne citer que le Quick Wash System, sont à prioriser. Ce système permet d’effectuer un lavage des chaussures à la machine à une température de 30°.
Une hygiène irréprochable est de rigueur dans le monde de la restauration, les chaussures y contribuent grandement dans la mesure où elles servent de barrière contre la prolifération des bactéries et des autres agressions. Décidément, les modèles à lacets ne sont pas recommandés.

Une forme adaptée à la morphologie des pieds

Ces chaussures de travail se déclinent en plusieurs modèles et en différentes formes. Les utilisateurs doivent choisir les styles adaptés à la morphologie de leurs pieds, tout en se basant sur leurs besoins.
Les mocassins de cuisine revêtent la forme la plus courante que les professionnels utilisent dans le milieu de la restauration. Ces paires ne sont dotées d’aucune ouverture, d’où l’impossibilité d’intrusion de liquide. L’absence de lacets permet d’éviter la prolifération de bactéries et d’optimiser leur nettoyage. Ces mocassins représentent un bon compromis alliant confort, sécurité, maintien du pied et résistance au glissement. Par ailleurs, ces modèles disposent d’un large chaussant conférant plus d’aisance aux personnes qui les portent.
Les sabots de cuisine ont une forme ouverte et sont appréciés des personnes qui n’aiment pas avoir les pieds claustrés. Ce modèle s’adresse surtout à la gent féminine et doit respecter les normes d’adhérence, de maintien des pieds (présence de brides) et de résistance au glissement.
Les baskets de cuisine font également partie des formes très répandues. Ces derniers sont très confortables et donnent plus de style à l’apparence de la personne qui les porte.
Les bottes de cuisine fabriquées en PVC représentent une bonne alternative pour évoluer en milieu humide et glissant. Équipé d’une semelle antidérapante, ce type d’accessoires offre une bonne protection contre les risques de glissade.

Sécurité incendie : faire appel aux services d’une société spécialisée à Paris
Des vêtements spécialisés pour le travail