Harcèlement sexuel au travail : qui contacter en cas de problème ?

Le harcèlement sexuel au travail est un véritable fléau qui touche à la fois les femmes comme les hommes. Même si des mesures ont été prises par l’État pour prévenir les agissements sexistes, nombreux sont les victimes qui ont choisi de rester dans le silence. Les raisons sont souvent le fait de ne pas savoir vers qui se tourner ni comment le signaler. Ces pratiques entraînent de graves conséquences pour la victime, d’où la nécessité de se faire accompagner.

Auprès de qui signaler un harcèlement ?

C’est la responsabilité de l’employeur de faire la prévention des risques au travail et de prendre des mesures immédiates contre le harcèlement sexuel. Dans une entreprise, le signalement peut se faire avec votre supérieur hiérarchique, un membre du service des ressources humaines ou l’employeur lui-même. Tout manquement à ce devoir peut conduire l’employeur à payer des dommages et intérêts couvrant l’ensemble des préjudices subis par la victime.
Une étude ayant pour but de comprendre les enjeux de la qualité de vie au travail a montré que moins d’un quart des victimes de harcèlement, seulement, dénonce les faits à leur direction ou employeur. Parfois, les salariés ignorent leurs droits en matière de qualité de vie au travail, ce qui les amène à ne pas dénoncer leur harceleur. C’est pourquoi, toutes sociétés de moins de 250 salariés doivent disposer d’un référent harcèlement de la CSE. Les signalements peuvent donc se faire auprès de ce responsable.

Comment doit se faire le signalement ?

Dans un premier temps, le signalement se fait oralement sous forme d’entretien. Elle se fait à travers un récit chronologique des faits, du contexte, des agissements du harceleur, de votre réaction. Le récit se doit d’être le plus précis possible sur les propos et/ou gestes de votre persécuteur et aussi de votre ressenti au moment des faits.
Vous serez aussi amené à apporter tout élément susceptible de constituer des preuves comme des photos ou texto, certificat médical et aussi l’attestation de collègues témoins. Si des collègues hésitent à témoigner, par peur des éventuels impacts que cela aurait sur leurs conditions de travail, il faut leur faire part des protections garanties par le Code du travail.

Comment vivre après être victime d’un harcèlement ?

Il est primordial de se faire accompagner après un harcèlement. Vous pouvez solliciter une visite auprès du médecin du travail qui peut vous déclarez inapte ou proposer votre mutation si votre poste est préjudiciable à votre santé. Il peut aussi donner des suggestions à votre employeur pour améliorer votre qualité de vie au travail.
Il y a aussi le 3 919 qui est le numéro d’appel Violences Femmes Info. C’est un numéro national anonyme qui permet l’écoute, information, l’orientation, accompagnement et prise en charge des femmes victimes de violences.
Il est aussi possible de vous faire accompagner par une organisation syndicale pour toute action en justice.

Comment savoir si l’on fait un burn out ?
Comment gérer les conflits entre salariés ?